_______________________________________________________________________

 

Bloodmoon

 

Le film : 15/20

  • USA – 1997
  • Budget –
  • Production: Seasonal Film Corporation
  • Réalisation: Tony Leung
  • Avec Gary Daniels, Chuck Jeffreys, Daren Shalavi…

Un tueur adepte des arts martiaux exécute d’autres spécialistes du genre… Comme le flic chargé de l’enquête patauge méchamment au milieu de ses indices, trop occupé qu’il est à se prendre pour Garcimore, Gary Daniels débarque pour régler la situation à grands coups de latte dans la gueule…

Avec plus d’une cinquantaine de films à son actif Gary Daniels se taille évidemment une chouette part du gâteau D.T.V. de baston, d’autant plus qu’une grande partie de ses films est dispos sur le marché français (et facilement dénichable pour que dalle évidemment…). Pas facile pourtant de faire le tri dans sa filmographie tant cette dernière jongle entre les réussites fun et les grosses bouses jetables. Coup de bol pour nous, Bloodmoon appartient haut la main à la première catégorie. C’est donc un Gary au meilleur de sa forme que nous découvrons ici avec d’excellentes scènes de combat, chorégraphiées avec soin par le réalisateur lui-même. Un mélange de bastons câblées « made in Hong Kong » sacrément efficaces (on peut du coup presque voir de la grâce dans ce « ballet » ultra millimétré…) et de pur dégommage, sauvage et sanglant, qui claque dur dans la tronche des combattants ! Une efficacité à toute épreuve qui contraste pourtant avec le reste du film, gaulé comme n’importe quelle autre grosse merde à base de duo de flics miteux (voir du côté de chez P.M. ou Shapiro/Glickenhaus Entertainment…) et d’enquête policière qui n’a d’autre intérêt que de cimenter une vague intrigue entre chaque combat. Ajoutons une bonne dose d’humour bien lourdingue (foutre un flic magicien dans un scénario est tout de même une bonne grosse idée à la con…) et l’on obtient un mélange des genres bien nawak qui jongle en permanence entre le pire et le meilleur…

Ce Bloodmoon reste tout de même l’une des meilleurs occasions de voir convenablement Gary mettre en pratique ses compétences en Taekwondo et Kickboxing : même si son style un peu bourrin ne lui permet pas d’avoir l’aisance d’un Vandamme, il faut tout de même lui reconnaître de chouettes qualités athlétiques. Seul Isacc Florentine parviendra à exploiter à nouveau correctement ses talents dans Cold Harvest. Si vous êtes fan de baston n’hésitez pas : on a rarement vu un DVD à la jaquette aussi moche (voir ci dessus…) mais le contenu vaut assurément le détour. Si vous avez 1 euro à claquer dans un D.T.V. d’action, il ne vous reste plus qu’à explorer les bacs petits prix de votre Cash-Machin habituel pour dénicher cette galette incontournable !

 

 

Le DVD : 12/20

  • Editeur : Opening
  • Distributeur : Fravidis
  • DVD-5
  • Format image : Ratio cinéma : 1.66, ratio vidéo : 16/9 compatible 4/3
  • Format audio : Français stéréo
  • Sous titres : Aucun

Surprise ! Malgré le format 1.66 - 4/3 indiqué sur la jaquette, Bloodmoon est bel et bien proposé en 16/9 ! Une caractéristique technique inattendue qui permet donc de profiter en plein écran anamorphique des excellentes bastons du film. On sera par contre nettement plus réservé sur la qualité de la copie, extrêmement granuleuse et abîmée : des griffures et des taches ponctuent de manière quasi permanente la copie. L’encodage sans défaut apparent permet au moins de ne pas rajouter de pixellisation supplémentaire à une image déjà bien chargée côté défauts !

Pas de surprise pour la V.F. stéréo : le doublage est à chier et ajoute certainement même une bonne dose de ridicule aux scènes de comédie. Le mixage de la piste reste tout à fait audible, avec des dialogues et des effets sonores à la dynamique tout à fait honorable…

Une bande-annonce comme bonus : le service minimum pour un DVD petit prix…

Nicolas C.

 

 

 

bloodmoon