_______________________________________________________________________

 

Marché du film / Return to Nuke 'Em High Volume 1 de Lloyd Kaufman

Troma est de retour sur la Croisette ! Après une belle poignée d’années d’absence du marché du film (plus d’argent et production en berne depuis Father’s Day) la bande à Lloyd Kaufman, toujours aussi fauchée mais appuyée désormais par Starz et Anchor Bay Entertainment pour sa distribution aux USA, fait un retour remarqué dans les rues cannoises : le mot d’ordre est "Troma occupe Cannes" avec défilé, manifestations, mariage gay (!) et tournage d’un documentaire, Occupy Cannes justement, sur les coulisses du cinéma indépendant face à la domination des majors. À voir la popularité du stand Troma au sous-sol du marché du film et la queue impressionnante devant le cinéma des Arcades pour la projection "marché du film" en avant première mondiale du Return to Nuke ‘Em High Volume 1 (il y en aura officiellement une autre), on se dit que la firme de Lloyd Kaufman n’a assurément pas fini de nous imposer son style unique de comédie/gore/prout. Chez Maniacs on est évidemment très fan de la boite du Toxic Avenger (notre première interview pour le N°1 du fanzine Maniacs version papier était d’ailleurs consacrée à Troma France), il nous paraissait donc logique d’aller à la rencontre de Lloyd et de le confronter à notre premier petit questionnaire 100% Maniacs. Interview express avec l’administrateur de Tromaville :

Maniacs : Pouvez-vous nous définir le cinéma en un mot ?

Lloyd Kaufman : C’est l’âme de l’artiste donc : L’âme.

Maniacs : Quelle est la principale qualité d'un film pour qu'il soit réussi ?

Lloyd Kaufman : Que le film sorte du cœur de l’artiste…

Maniacs : Quel est votre plus vieux souvenir de cinéma ?

Lloyd Kaufman : Bambi de Walt Disney, je l’ai vu et je l’avais vu et j’avais trouvé le film absolument effrayant. C’est ma mère qui m’avait emmené voir le film. Je me suis recroquevillé dans la position fœtale pendant 6 mois !

Maniacs : Votre plus grosse frayeur devant un film ?

Lloyd Kaufman : Pas devant un seul film mais devant 40 ans de production Troma !

Maniacs : Votre plus gros fou rire ?

Lloyd Kaufman : Je crois que c’est pour le court métrage Banana Motherfucker. Nous allons d’ailleurs produire le premier long métrage, Mutant Blast, de son réalisateur Fernando Alle, originaire du Portugal. J’ai tellement rit en regardant son court que nous l’avons également acheté pour être distribué par Troma. De manière plus générale, j’adore les comédies et j’aime beaucoup les "classiques" : Charlie Chaplin, Buster Keaton, Billy Wilder, le cinéma de Jacques Tati et ses Monsieur Hulot, Max Linder que j’ai d’ailleurs mis dans Toxic Avenger… Mais Banana MotherFucker est vraiment à hurler de rire !

Maniacs : Un film que vous pourriez visionner à longueur de journée ?

Lloyd Kaufman : N’importe quel film de Robert Bresson, ou Tous les Matins du Monde d’Alain Corneau.

Maniacs : Un mauvais film que vous avez honte d'apprécier ?

Lloyd Kaufman : Malheureusement pour moi je répondrais : tous les films que j’ai tournés !

Maniacs : Un classique du cinéma que vous ne supportez pas ?

Lloyd Kaufman : Forrest Gump ou Pretty Woman. La morale de ces films est absolument affreuse, horrible et dégueulasse !

Maniacs : Un réalisateur que vous auriez rêvé d'être ?

Lloyd Kaufman : Il y en a beaucoup ! Jean Renoir, Robert Bresson, Eric Rohmer, Claude Chabrol… Je connaissais d’ailleurs Chabrol : il aimait beaucoup Troma et le film Terror Firmer. Nous avions participé ensemble à une émission de radio avec Edouard Baer. Dans beaucoup de mes films comme Toxic Avengers ou Return To Nuke ‘em High, les personnages vomissent, chient et saignent beaucoup : pendant l’émission Chabrol m’a donc demandé si dans Terror Firmer il y avait des scènes avec des saignements menstruels (!). Ça tombait bien puisqu’il y avait effectivement ce genre de séquences dans le film !

Maniacs : Une sortie de film prochaine que vous attendez avec beaucoup d'impatience ?

Lloyd Kaufman : Pas Gatsby le Magnifique en tout cas… Je dirais Killer Joe de William Friedkin qui est déjà sorti mais qui est un véritable chef d’œuvre.

Maniacs : Pour finir est-ce que vous pouvez nous parler un peu de la raison de votre présence à Cannes cette année ?

Lloyd Kaufman : Troma est là cette année pour l’évènement "Troma Occupy Cannes". Désormais tout le monde peut tourner des films : on démarketise le cinéma car la technique, avec les caméras HD grand public, est désormais très bon marché. La distribution de films est par contre toujours trop élitiste et prend du retard par rapport à la technique. Il est encore très difficile aujourd’hui de faire distribuer des films dans le monde. "Occupy Cannes" est ici pour soutenir et tenter d’élever un peu l’art du cinéma indépendant pendant le festival… Nous sommes là pour dire qu’il faut prendre à bras le corps l’art indépendant et éviter que ce soit toujours des Gatsby le Magnifique, des majors comme Sony, ou des grandes stars qui concentrent toute l’attention de l’industrie du cinéma. Il y a aujourd’hui beaucoup de jeunes réalisateurs très talentueux qui tournent des films formidables avec de très petits budgets, presque rien même, mais le festival n’encourage pas assez les jeunes talents alors de notre côté nous voulons essayer de les aider un peu en défendant leur cause…

Maniacs : Vous présentez aussi un nouveau volume de Nuke ‘em High…

Lloyd Kaufman : Oui, on organise l’avant première mondiale de Return to Nuke ‘Em High, ici à Cannes, au cinéma Arcades. Edouard Bear devrait nous rejoindre pour célébrer cette première et soutenir "Occupy Cannes". Le film est distribué aux États-Unis par Starz qui est une grande boite américaine, mais ils m’avaient promis une liberté totale en tant qu’auteur et que je pouvais faire ce que je voulais sur le film : ça a été le cas donc tout va bien !

Maniacs : D’autres projets à venir ?

Lloyd Kaufman : Je suis en train d’écrire Toxic Avengers 5 "Les Jumeaux Toxic", car dans le quatrième opus Toxie a eu des bébés jumeaux. Dans cette suite, on se concentrera justement sur ses jumeaux, un frère et une sœur, pendant la période de leurs problèmes d’adolescence.

Propos recueillis le 17 mai 2013 au Marché du Film du Festival de Cannes par Nicolas C. pour Maniacs.fr (Merci à Lloyd Kaufman de nous avoir accordé un peu de son temps parmi son planning qu’on imagine déjà bien chargé !)

Concernant le film lui-même Nous n’avons pu visionner qu’une poignée de minutes du film, faute de n’avoir pu bloquer notre TGV en gare de Cannes (il faudra soit une armée, soit une accréditation diablement plus importante que la nôtre pour se permettre ce genre de caprice…). L’ambiance en préambule de séance était bien évidemment festive et bordélique, avec la présence de toute l’équipe du film motivée par un Lloyd Kaufman toujours aussi roublard en matière de promo poilante et trash sans jamais pourtant perdre le sens des affaires ! Suite à nos quarante minutes de projo, on peut tout de même s’avancer un peu et dire que ce nouvel opus, s’il ne table pas sur l’originalité, ne nous trompe jamais sur la marchandise et nous balance dès les premières minutes quelques excellentes scènes gore suivies d’une bonne dose de nichons, d’orgasmes, de vomi et de prouts. On a eu peur mais nous voilà bien rassuré : nous sommes sans aucun doute de retour à Tromaville avec son mauvais gout assumé, son casting de tronches tordues et ses excès sanglants bien craspecs ! À noter enfin l’apparition de synthèses pour parfaire les FX. Comme pour la plupart des D.T.V à budgets réduits on reste un peu dubitatif face à la mocheté générale des rendus qui gâche les excellents maquillages du film. On espère juste qu’à l’avenir l’esprit artisanal / amateur de Troma ne se laissera pas vampiriser par l’abus de viscères informatiques bon marché…

Nicolas C.

 

 

[PAGE1] [PAGE2] [PAGE3] [PAGE4] [PAGE5]

 

 

cannes 2013 02