_______________________________________________________________________

 

The Cellar

(Huset vid Vägens ände)

 

Le film : 06/20

  • Suède - 2003
  • Budget – 11.000 $
  • Production: Ankatt Produktion
  • Réalisation: Martin Kjellberg et Nils Wahlin
  • Avec Mattias Ohlsson, David Weiss, Sandra Tordardottir…

Quatre étudiants louent une maison au fond des bois (depuis le temps que l’on répète de ne pas crécher au fond des bois…). Leur séjour vire évidemment au cauchemar quand apparaissent visions étranges et autres sous-sols sombres où semble planer une présence fantomatique…

Tourné en Suède pour une poignée de cacahuètes « The Cellar » semble au premier abord, surfer sur la vague « Paranormal Activity ». C’est pourtant sur la génération précédente que louche le film de Martin Kjellberg (qui date tout de même de 2003, plus vraiment une nouveauté donc…) et emprunte nombre d’éléments au bon vieux « Projet Blair Witch ». Il suffit d’ailleurs tout simplement de tomber sur ce plan du mec dans le couloir du souterrain, de dos et face au mur de briques pour raviver nos souvenirs du plan « final » du faux docu ricain (roublard et tout de même culte…). La collaboration Kjellberg/Wahlin à la réalisation est pourtant très loin d’égaler celle du duo gagnant Myrick/Sanchez : malgré ses 70 courtes minutes, le film peine à instaurer le moindre climat de frayeur et on attend patiemment que le film parvienne à nous arracher un frisson... Pas de bol, au final la sauce ne prend définitivement pas : il ne suffit plus d’éclairer à la torche une poignée de couloirs de souterrains glauques pour s’assurer de filer un gros coup de flippe aux spectateurs (c’était peut-être plus ou moins vrai il y a 10 ans mais on en a mangé au petit dèj’ depuis…) Un mauvais dosage de la combinaison horreur/réalisme/budget fauché qui flingue instantanément toute chance d’adhérer au climat de terreur que la réalisation n’arrive de toute façon pas à mettre en place. Le reste est à l’avenant : le casting mou n’inspire ni sympathie, ni compassion.

Un ratage presque complet qui permet au moins de réévaluer vers le mieux notre fameuse goutte au nez au fond des bois…

 

 

Le DVD : 11/20

  • Editeur : Emylia
  • Distributeur : Aventi
  • Distribution DVD-9
  • Format image : Ratio cinéma : 1.78, ratio vidéo : 16/9 compatible 4/3
  • Format audio : Dolby digital : Suédois stéréo, DTS : Suédois stéréo
  • Sous titres : Français

Malgré les efforts d’Emylia (respect du 16/9 ème, encodage rigoureux…) n’espérez pas vous retrouver devant autre chose qu’une image qui possèdent toutes les caractéristiques d’un tournage à la D.V. familiale : beaucoup de grain, très peu de définition et des torrents de bruit vidéo. Pas grand choses à faire contre ça, ces défauts étant inhérents au tournage lui-même…

Même constat côté son, malgré la Stéréo D.T.S. d’une utilité moindre (tout au plus augmenter un peu la dynamique générale…). Pas de piste son V.F. (une excellente et nouvelle habitude pour Emylia) mais des sous-titres : l’essentiel est donc préservé !

Aucun bonus à signaler à l’horizon…

Nicolas C.

 

 

 

 

 

 

cellar