________________________________________________________________________

 

Chicago Massacre

 

Le film : 10/20

  • USA - 2007
  • Budget – 1 000 000 $
  • Production : North American Entertainment / Feifer Worldwide
  • Réalisation : Michael Feifer
  • Avec Corin Nemec, Andrew Divoff, Tony Todd …

Richard Speck est un jeune redneck un peu à la masse. Poursuivi pour de petits délits, il décide de fuir la ferme familiale pour se réfugier dans les bas fonds de Chicago. Entre deux errances alcoolisées, sa vie va définitivement basculer dans l’horreur lorsqu’il décide un soir de s’introduire dans un dortoir de jeunes infirmières pour assouvir ses pulsions meurtrières…

Déjà réalisateur d’une sacrée pelletée de biopic consacrés au sérial killers (Ed Gein, Ted Bundy, Dennis Rader, Albert de Salvo, Henry Lee Lucas…) Michael Feifer continue donc à creuser son sillon (une quasi spécialisation même) pour s’attaquer à l’histoire de Richard Speck, violeur et assassin de huit infirmières pendant une même nuit d’horreur. Un cas sacrément tordu de mass murderer donc. Inutile de préciser que la transposition de l’affaire à l’écran est loin d’être réussie. Feifer n’est pas John McNaughton (Henry, Portrait…) et le film ne se démarque pas, au final, de la masse de pseudo polar made/in/Seven/sauf/que/pas/bon que l’on peut aujourd’hui encore voir débouler régulièrement en DTV. Chicago Massacre ne passionne pas, on s’y fait même relativement chier. La faute à un scénario blindé de flashs back qui nous perd très rapidement entre différents lieux et différents protagonistes de l’histoire. Entre l’enquête des flics bien pépère, les coups de folie de Speck paumé entre bars miteux, rues cradingues ou apparts miteux et la nuit du massacre elle-même, on finit rapidement par décrocher. Un peu d’ordre dans le montage aurait certainement permis de suivre avec un peu plus « d’empathie » les dérives meurtrières du jeune déséquilibré. On pourra enfin notifier une sacré erreur de casting : même si on est très fan de Andrew« Whismaster »Divoff, de Tony « Candyman » Todd et de Corin « Parker Lewis » Nemec, on peut quand même se demander ce qu’ils peuvent bien foutre ici. A force de sympathiquement cachetonner dans d’obscurs DTV, les trois acteurs se sont quand même salement fait bouffer leur capital crédibilité. On a donc bien du mal à leur accorder la moindre gravité quand ces derniers tirent une tronche de flic déprimés ou jouent la folie la bouche de traviole …

Le fond du panier du DTV « sérial killer » pour ce Chicago Massacre donc… A voir uniquement par curiosité si par mégarde vous le dégotter pour quelques centimes…

 

 

Le DVD : 14/20

  • Editeur : Opening
  • Distributeur : Aventi
  • DVD9
  • Format image : Ratio cinéma : 1.75, ratio vidéo : 16/9 compatible 4/3
  • Format audio : Français stéréo, anglais stéréo
  • Sous titres : Français

Une image tout à fait correcte compte tenu du budget et des conditions modestes de tournage. L’encodage du dvd gère avec efficacité la granulosité naturelle de la copie et limite la pixellisation d’arrière plan. Du bon boulot si l’on considère que le film se passe en grande partie dans l’obscurité ! Le format 1.75 est respecté et restitué correctement au format 16/9.

Côté son, la stéréo fait son travail en V.F. comme en V.O.S.T. Pas de grands éclats donc mais les dialogues sont clairs et les ambiances sonores correctement restituées.

Pas le moindre bonus en revanche à se mettre sous la dent !

NICOLAS C.

 

 

 

chicago massacre