_______________________________________________________________________

 

The Coffin

 

Le film : 10/20

  • Corée du Sud, Thaïlande, Singapour, USA - 2008
  • Budget –
  • Production: Cineclick Asia
  • Réalisation : Ekachai Uekrongtham
  • Avec Ananda Everingham, Florence Faivre, Andrew Lin

Le rituel du cercueil tourne à l’horreur pour un homme et une femme qui tentent de conjurer la mort…

La Thaïlande prend une fois de plus le relais du Japon pour nous proposer une énième mouture d’histoire de fantômes avec toutefois une pincée d’originalité en plus car le point de départ de cette histoire s’inspire d’une étrange tradition : des vivants s’installent dans des cercueils, le temps d’une cérémonie, pour conjurer le mauvais sort. Un pitch à la base plutôt original, qui nous change de la vengeance classique du fantôme cheveux dans la tronche à la Sadako. The Coffin grille pourtant rapidement son potentiel de renouvellement du genre pour replonger (dès les premiers contacts avec l’au-delà…) dans les stéréotypes bien lourds : apparition fantomatique rampante, bras « bonus » surgit d’une étreinte et bien sûr le package complet des visions, clairvoyances et autres hallucinations à la The Grudge… Une batterie d’éléments pas franchement originale, noyés au cœur d’une intrigue qui navigue entre deux personnages et deux histoires parallèles : un scénario un peu nébuleux où l’on emmêle progressivement les pinceaux des sous-intrigues... La suite n’arrange rien : entre dialogues existentiels, séquences oniriques pleines de revenants qui ne nous procurent plus aucun frisson depuis un bon moment (Shutter, insurpassable dans ce domaine, a déjà mis les pendules à l’heure à ce sujet…) et une photographie stylisée, teintée de bleu, mais pas fondamentalement novatrice, la déception domine : au fur et à mesure que l’intrigue progresse, l’intérêt pour le destin de notre duo frappé de malédiction s’évapore. Un final sirupeux qui risque d’ailleurs bien de refroidir les fans geeks d’horreur sans compromis.

Un bilan plutôt décevant donc, face à un scénario qui s’annonçait comme un peu plus original qu’à l’accoutumé. On regrette d’autant plus que le rituel des cercueils, impressionnant dans sa démarche, ne soit pas mieux mis en valeur et exploité. Malgré ses défauts, le film se laisse tout de même visionner sans trop de difficulté (on n’est pas non plus dans un Winorski moisi de chez Regent…) et vous permettra de parfaire votre culture « Kwaidan Eiga ». Un D.T.V. horrifique Made in Asie de seconde zone que l’on vous conseille donc de réserver aux soirées « thématiques » du genre !

 

 

Le DVD : 14/20

  • Editeur : Emylia
  • Distributeur : Aventi distribution
  • DVD-9
  • Format image : Ratio cinéma : 1.78, ratio vidéo : 16/9 compatible 4/3
  • Format audio : Dolby Digital : Français 5.1, Thaïlandais 5.1 ; DTS : Français 5.1
  • Sous titres : Français

Un rendu vidéo qui manque singulièrement de définition, parasité par une photographie essentiellement sombre et brumeuse. Le rendu vidéo SD s’avère donc assez fade et ne permet pas de bénéficier d’une image très détaillée. Il faudrait pouvoir comparer avec le blu-ray pour déterminer les véritables défauts de l’encodage ou du master vidéo…

Du DTS pour la V.F. et du Dolby digital pour la V.O. : difficile dans tous les cas de les différencier : la piste thaïlandaise/ anglaise s’en sort aussi bien que la V.F. et bénéficie même d’un rendu bien plus naturel. On regrette cependant le choix d’un tournage en anglais, destiné à favoriser l’exportation, qui nous prive d’un peu du charme « exotique » du phrasé thaï… Les surround savent quant à eux se faire entendre quand il le faut : une spatialisation efficace mais sans excès.

Quelques interviews et images de tournage promo à découvrir en bonus (certainement issues du matériel marketing bien consensuel destiné à la presse). Pas franchement passionnant mais assurément mieux que rien !

Nicolas C.

 

 

coffin