________________________________________________________________________

 

Dark Storm

 

Le film : 07/20

  • USA - 2005
  • Budget – 450 000 $
  • Production: Cinétel Films
  • Réalisation: Jim Winorski
  • Avec Michael Paré, Michelle Borth, Ryan McTavish…

Des scientifiques vachement balèzes manipulent de la matière noire pour créer une nouvelle source d’énergie. Leurs expériences leur pètent malheureusement à la tronche et transforment un Baldwin en mutant capable de manipuler de l’énergie…

Cinétel n’est jamais à court d’idées pour nous pondre un petit « disaster movie » à la jaquette souvent trop flatteuse pour être honnête. Cette fois-ci, ce sont des expériences scientifiques qui foutent le bordel sur notre planète pépère et plongent l’humanité au bord de l’apocalypse… Comme d’habitude, pour éviter d’aligner des FX trop coûteux à la 2012, on trouve un subterfuge à la con : ce sera donc Stephen Baldwin, transformé pour l’occasion en demi saumon « Seagal » agile (la malédiction de la tartine de gras courante chez les frangins de la famille…) qui requiert l’attention du scénario en traînant laborieusement sa grosse carcasse de X-men fauché… Une belle excuse pour nous refourguer quelques belles et longues séquences d’introspection par des scientifiques qui doutent, qui réfléchissent à voix haute mais qui, nous, nous emmerdent au plus haut point...

Ne vous attendez donc pas à un festival de FX et de séquences anthologiques de fin du monde : vous aurez, au mieux, droit à quelques nuages noirs et menaçants, et en apothéose un immeuble réduit en miettes par un trou noir, soit moins de 10 secondes de catastrophe à l’écran ! C’est peu mais vous pourrez vous consoler en zieutant Stephen-sumo en train de balancer des boules d’énergie à la Dragonball dans la tronche de ses assaillants. À croire que depuis Seagal justement, les boites de production s’évertuent à filer des rôles d’action à des acteurs plus du tout capables d’assurer physiquement leurs rôles. Et pendant ce temps, des mecs comme Scott Adkins rongent leur frein chez Nu Image/Florentine… Dark Storm est, en tout cas, l’occasion de nous sentir une fois de plus couilloné par un D.T.V. bien moisi…

 

 

Le DVD : 14/20

  • Editeur : Opening
  • Distributeur : Sony Pictures Home entertainment
  • DVD-9
  • Format image : Ratio cinéma : 1.77, ratio vidéo : 16/9 compatible 4/3
  • Format audio : Dolby Digital : Français 5.1, anglais stéréo
  • Sous titres : Français

Si le dvd ne vaut artistiquement pas un clou, il est par contre techniquement à la hauteur de la plupart des dvd de majors. La copie, sans défaut, est mise en valeur par une compression sans faille : de quoi profiter du (mauvais) spectacle sans subir la piètre qualité d’un D.T.V. à bas prix…

Ce n’est malheureusement pas toujours le cas chez Opening mais Dark Storm bénéficie bien de sa piste anglaise originale : cette dernière n’est qu’en simple stéréo face à une version française en 5.1 mais n’a pas à rougir de la comparaison tant cette dernière ne propose qu’une très légère et artificielle dynamique surround supplémentaire …

Pour les bonus par contre pas de changement : il n’y a rien à se mettre sous la dent !

Nicolas C.

 

 

 

 

 

 

 

dark storm