________________________________________________________________________

 

Destruction Finale

(Meltdown)

 

Le film : 09/20

  • Canada/USA - 2006
  • Budget – 2.000.000 $
  • Production: Front Street Pictures
  • Réalisation: John Murlowski
  • Avec Casper Van Dien, Vincent Gale, Stefanie Von Pfetten…

Un tir de missile pas vraiment maîtrisé par des scientifiques incompétents et nous voilà avec un astéroïde frôlant la terre et la déviant au passage de son orbite ! Notre planète bleue se rapproche dès lors du soleil avec d’inévitables et catastrophiques conséquences : chaleur, incendies et gros pétage de plombs général. C’est sûr, c’est la mouise. Pour sauver leur peau déjà partiellement grillée, un petit groupe de survivants décide de rejoindre le continent arctique…

Destruction Finale, Destruction Totale, Solar Destruction…On ne peut pas dire que les éditeurs se flinguent trop les neurones quand il s’agit de donner une très grosse « french touch » aux titres originaux de quelques films catastrophes DTV. A voir les linéaires des hypermarchés français, le genre a l’air, en tout cas, d’être toujours aussi rentable (on est nous aussi très demandeurs !). Les boites de prod’ via des synthèses bon marché, en font de plus en plus souvent leur cheval de bataille, au détriment du Slashers un peu en déclin en ce moment. Beaucoup de titres produits donc. Question efficacité et qualité c’est une autre histoire ! La preuve avec ce Meltdown, en provenance du Canada, qui permet à Casper Van Dien de jouer les sauveurs d’un monde partiellement en flamme. Décors minimalistes, (deux rues désertes, trois bagnoles en flamme et quelques couloirs d’égouts plongés dans l’obscurité…), une poignée d’FX pouilleux (l’astéroïde, bof….) puis beaucoup de déambulations et d’introspection pour boucher les trous d’un scénario sans pognon. Si la première demi heure, modestement apocalyptique, arrive à nous duper, la suite délaisse toute ambition et tourne à la simple quête minimaliste d’un moyen de transport aérien. On se fait donc très vite chier et on regrettera que les scénaristes n’aient pas les burnes, une fois de plus, de tout faire péter à la fin du film : Paf, plus de planète Terre ! Ça ne leur coûterait finalement pas beaucoup plus cher mais ça serait pour nous foutrement plus poilant !

Avis aux éditeurs enfin : toujours disponibles les destructions « maximale », « absolue », « complète », « générale », « intégrale », « radicale », « suprême », « globale » et « massive ». Ne nous remerciez pas, ils sont tous généreusement offerts par l’équipe de Maniacs…

 

 

Le DVD : 10/20

  • Editeur : Emilya
  • Distributeur : Aventi
  • DVD-9
  • Format image : Ratio cinéma : 1.33, ratio vidéo : 4/3
  • Format audio : français stéréo, anglais stéréo
  • Sous-titres : Aucun ( !)

Service minimum pour Emylia qui nous propose le film en 1.33 (format original 1.78 mais pas vraiment gênant, même si l’image semble un peu étriquée pour un film catastrophe…). La copie et l’encodage n’affichent quant à eux aucun défaut majeur : une image dans la bonne moyenne des dvd petits budgets…

Côté son c’est un peu la même chose, une stéréo V.F.et V.O. qui se contente de faire son travail, les dialogues sont juste un peu plus en avant sur la V.F. On notera par contre l’inexplicable absence de sous-titres : quel intérêt dans ces conditions d’inclure la piste sonore originale ? Un choix très frustrant pour l’amateur de V.O qui devra se rabattre sur le doublage français, à moins d’être bilingue ! Ça n’est pourtant pas la création de sous-titres qui risque de faire exploser le budget éditorialiste du dvd… Trois petites bandes annonces promo pour bonus. Il faudra s’en contenter..

NICOLAS C.

 

 

 

 

destruction finale