_______________________________________________________________________

 

Le Diable des Glaces

(Sometimes They Come Back... for More)

 

Le film : 05/20

  • USA - 1999
  • Budget – 2 000 000 $
  • Production: Trimark Pictures
  • Réalisation: Daniel Zelik Berk
  • Avec Clayton Rohner, Faith Ford, Max Perlich …

Des membres d’une mission scientifique basée en antarctique disparaissent mystérieusement. Deux bidasses pas frileux sont envoyés sur place pour conduire une enquête qui va les mener à un ridicule rituel satanique…

Produit par Trimark, Le Diable des Glaces se veut la troisième suite de la franchise Sometimes They Come Back, inspiré d’une nouvelle de Stephen King. Autant le dire tout de suite, cet opus n’entretient plus aucun rapport avec l’original qui décrivait les souvenirs douloureux d’un professeur de retour dans la petite ville de son enfance, cette dernière se situant bien évidemment dans une campagne isolée du Maine, pleine de mystère et d’étrangeté fantomatique : la marque de fabrique de l’écrivain en quelque sorte… Cette fois-ci c’est du côté de l’antarctique et de l'isolement glacial façon The Things/Carpenter que les scénaristes, pas gênés de pondre n’importe quel pitch foireux, décident d’orienter leur scénario démoniaque. Un choix étrange pour une production qui joue donc la carte de l’environnement isolé malgré une enveloppe de 2 millions de dollars (On a déjà vu des réalisateurs accoucher de films miraculeux avec un budget identique…) mais cette tentative de démarquage de la franchise se plante pourtant lamentablement dès ses premières minutes dans la médiocrité la plus totale. Casting et décors minimalistes, dialogues interminables pendant la quasi-totalité du film, et un final qui n’en est pas vraiment un, tant les enjeux de l’horreur maléfique volent au ras des congères. Du cinéma à l’économie mais sans idées et sans intérêt…

Une sorte de best of, donc, de tout se qui peut constituer le pire du D.T.V. et une grosse arnaque de la part de Trimark qui nous avait pourtant régulièrement habitué à mieux ! Le DVD quant à lui tente de nous attraper par le larfeuille avec une jaquette agrémentée de flingues, de sang et de nichons. Forcément, en tant que gros bourrin, je me suis fait couillonner pour vous…

 

 

Le DVD : 08/20

  • Editeur : C.I.D.C. - Une Vidéo
  • Distributeur : C.I.D.C. - Une Vidéo
  • DVD-9
  • Format image : Ratio cinéma : 1.85, ratio vidéo : 4/3
  • Format audio : Dolby Digital : Français 2.0
  • Sous titres : aucun

Une copie relativement propre, une image et des contrastes à peu près stables mais le master vidéo est présenté en 1.85 non anamorphique ! Pas de 16/9 à l’horizon, vous serez donc obligé de zoomer l’image de votre film pour remplir le cadre 1.85 de votre téloche. Autant dire que la manœuvre n’arrange pas la qualité de l’image : l’encodage ne peut pas faire de miracle dans ces conditions et génère d’inévitables petits défauts de compression (même si on a connu bien pire…)

V.F. stéréo bien monotone, doublée sans conviction, qui nous fait évidemment regretter une fois de plus l’absence de V.O. La piste reste tout de même techniquement audible et propose une stéréo sans grande dynamique mais fonctionnelle. De toute façon, étant donné les qualités artistiques du film…

Pas de bonus...

Nicolas C.

 

 

 

diable des glaces