_______________________________________________________________________

 

French Demence

 

Le film : 14/20

  • France – 2005/2009
  • Budget : divers
  • Production: divers
  • Réalisation: Pierre-Louis Levacher, Pascal Stervinou, Patrice Gamblin, Pierre Guillaume, Fabrice Blin, Michael Massias, Guillaume Tauveron, Phillipe Roure, Cédric Jouarie, Romani Basset et Nicola Dulion.
  • Avec François Berléand, Phillipe Nahon, Julien Guiomar

Une anthologie de 11 courts métrages français fantastiques, gores, étranges…

Bonne nouvelle : Oh my Gore continue d’explorer le ciné de genre (après l’excellent dvd de Spécialité du Chef) avec 11 nouveaux courts réunis sur une seule galette. Une initiative bienvenue pour combler l’inaccessibilité quasi générale des projets courts dans le circuit « grand public » du marché dvd ! Vous pourrez donc vous délecter de projets évidemment très différents, tant au niveau du scénario, que du budget et même du professionnalisme ! (Certains d’entre eux frôlent parfois l’amateurisme…). On retiendra surtout l’incontournable Reptil, déjà croisé au détour d’une séance du Fantastic’arts, où un aventurier vieillissant, victime d’une malédiction, s’apprête à nous livrer son terrible secret. Intelligent, drôle, soigné, remarquablement construit, le film de Pascal Stervinou se démarque haut la main du reste de la sélection.

Le Chasseur de Rêves joue, quant à lui, la carte de la poésie gothique dans un univers onirique très réussi (la photographie est splendide et les décors naturels merveilleusement exploités). On regrettera par contre que le film tire un peu en longueur et finisse à bout de souffle. Dommage, du coup, de ne pas avoir accès à la version « courte » du métrage (il s’agit ici d’une version longue de 34 minutes). Dans la même veine, Le Royaume des Cendres s’en sort mieux avec, à la base, les mêmes qualités présentes à l’écran : une photographie et des décors parfaitement soignés pour une reconstitution crédible du front de la première guerre. L’atmosphère fortement inspiré de The Keep ou autre Bunker/Deathwatch navigue dans les mêmes eaux troubles du film de guerre, teintées de terreurs sombres. Contemplatif mais efficace. Le monstre sort du placard (ou plutôt de dessous le lit) dans Monsieur Méchant, une variation très courte et très efficace de l’univers des boogeymans et des terreurs d’enfants. De quoi devenir parano et gober les visions cauchemardesques que peuvent nous raconter les gamins dans un moment de pétoche ! L’ultime combat, enfin, pour Survival où un boxeur livre la baston de sa vie contre la mort et la maladie. Le propos est un peu naïf, l’interprétation approximative mais l’univers inventif dans lequel gravite le personnage parvient tout de même à remporter le morceau !

Le reste de la sélection, sans forcément être foireux ou inintéressant, s’avère moins ambitieux et se présente souvent comme de simples coups d’essai de jeunes réalisateurs débutants : de quoi se faire, déjà, une idée des capacités de chacun et poser les paris des grandes carrières naissantes, avant le coup de maître…

 

 

Le DVD : 13/20

  • Editeur : Oh My Gore !, Metaluna Productions
  • Distributeur : Oh My Gore !, Metaluna Productions
  • DVD-9
  • Format image : Ratio cinéma : 1.85/2.35, ratio vidéo : 4/3 et 16/9 compatible 4/3
  • Format audio : Français stéréo
  • Sous titres : aucun / Anglais imposé

Difficile de juger l’image de ce dvd tant les masters vidéo des différents courts métrages varient qualitativement. Vous aurez donc droit à du 1.85-16/9, au piqué d’image pointu et au contraste parfaitement maîtrisé pour plonger dès le film suivant, dans les abîmes du 1.85-4/3, globalement défaillant. On regrettera également la fréquente présence de sous-titres anglais inamovibles qui parasitent souvent l’image. On se doute bien évidemment de la difficulté de récupérer des sources images de qualité, pour des courts métrages parfois proches de la conception « maison ». L’éditeur n’est donc pas à mettre en cause et nous propose de visionner cette anthologie dans les meilleures conditions possibles selon les masters disponibles.

Côté son c’est du 100% stéréo : pas de grands chamboulements donc mais les 11 pistes sonores restent homogènes et performantes pendant la totalité de la sélection…

Pas de bonus mais le programme reste de toute façon suffisamment complet pour nous contenter...

Nicolas C.

 

 

 

french demence