_______________________________________________________________________

 

 

Les Geôles du Diable

(Dangerous Worry Dolls)

Le film : 10/20

  • USA - 2008
  • Budget -
  • Production: Wizard Entertainment
  • Réalisation : Charles Band
  • Avec Jessica Morris, Meredith McLain, Paul Boukadakis…

Condamnée pour un délit mineur, Eva est expédiée en prison. Comme on est pas dans Les Evadés ou Midnight Express mais chez Full Moon, les conditions de détention sont piochées dans le grand catalogue des stéréotypes bourrins : la directrice est une allumée adepte de la torture, les gardiens sont soit très sympas, soit impuissants et adeptes du viol au gode-ceinture ( !) et les détenues sont toutes lesbiennes et tyranniques. Un séjour qui s’avère mal barré, mais de petites figurines offertes par sa sœur vont permettre à Eva de s’émanciper et de mettre à exécution une terrible vengeance…

Charles Band est décidément un sacré roublard capable de recycler une moindre idée sous toutes les variations possibles. On retrouve donc son délire fétiche des poupées maléfiques qui permettront à l’héroïne de se venger de ses bourreaux. Évidemment ne comptez pas sur un miracle : Les Geôles du Diable n’est pas mieux foutu que la moyenne des prod’ Full Moon : une durée limitée à 70 minutes (avec un générique de fin qui balance ses crédits au ralenti pour gratter un peu de temps au compteur…), des décors ultra minimalistes (voir inexistants : accrochez-vous et claquez quelques neurones pour imaginer une prison…), un tournage en D.V. bien dégueulasse et une poignée d’acteurs en roue libre. Le résultat est donc à la hauteur des ambitions très limitées du producteur- réalisateur mais le film se laisse finalement visionner sans trop de douleur grâce à quelques séquences bien frappées (le viol d’Eva, les poupées en action, la directrice en court jus…) et à des FX ultra fauchés mais plutôt marrants. Manque tout de même le vrai vent de folie rock’n gore (cul…) qui caractérisait la plupart de ses films pendant près d’une décennie. Blasé ou rangé des binouzes ? Depuis Decadent Evil Charlie semble en tout cas avoir bien du mal à remonter la pente…

 

 

Le DVD : 10/20

  • Editeur : Elephant films
  • Distributeur : Seven7
  • DVD-9
  • Format image : Ratio cinéma : 1.85, ratio vidéo : 16/9 compatible 4/3
  • Format audio : Dolby Digital : Français 5.1, Anglais 2.0
  • Sous titres : Français

Mais comment font-il pour se chopper des masters à la qualité aussi médiocre ? C’est clairement ce que l’on est en droit de se demander à la vision de ce dvd, surtout lorsque l’on a payé près de 15 euros pour se le procurer ! Ne comptez donc même pas sur un minimum de définition : l’image du film baigne dans un flou permanent proche d’une qualité VHS. Les couleurs et contrastes sont évidemment au diapason de ces critères qualitatifs… Une négligence difficilement pardonnable à l’ère de la haute définition (même si on n’en réclame pas temps, loin de là…). Dans ces conditions, la compression (en dvd-9 quand même) fait ce qu’elle peut pour limiter la casse mais ne peut pas faire de miracle : au final, beaucoup de bruit vidéo tout au long du film… Une image complètement décevante qui se laisse tout de même visionner une fois résigné (de toute façon on n’a pas le choix…)

Pas d’éclat non plus du côté du son dont l’action se concentre évidemment sur les enceintes avant : un cas de figure « normal » pour ce type de prod’ fauchées, donc pas franchement gênant… Elephant n’a par contre pas oublié d’inclure V.O et sous titres : un bon point à ne pas négliger !

Côté bonus vous trouverez une belle collection de bandes annonces : de quoi se faire une vaste idée de tous les nanars disponibles chez l’éditeur. Également dispo une interview promo de Charles Band (déjà vu sur le même principe dans nombre de dvd Full Moon de l’éditeur) et un bout de conférence vraisemblablement tirée d’une convention : pas forcément passionnant mais anecdotique et marrant pour les fans : vous pourrez vous rendre compte que Charles est un vrai moulin à paroles qui sait vendre sa soupe : l’actrice qui l’accompagne à bien du mal à en placer une ! Un bilan très moyen mais vous pourrez au moins voir le film en version original, sans subir la catastrophique V.F. : c’est déjà beaucoup !

NICOLAS C.

 

 

 

 

geoles du diable