________________________________________________________________________

 

His Name Was Jason

 

Le film : 13/20

  • USA - 2009
  • Budget –
  • Production: Masimedia
  • Réalisation: Daniel Farrands
  • Avec Sean S. Cunningham, Harry Manfredini, Tom Savini…

Tom Savini joue les Monsieur Loyal et nous présente une sanglante rétrospective de la saga des Vendredi 13…

Tout ce que ce vous avez toujours voulu savoir sur Jason sans jamais oser le demander ? On attendait énormément de ce documentaire présenté comme l’indispensable complément d’une saga qui compte déjà 12 opus (on imagine déjà le treizième pour finir en beauté…). Si le projet est au départ un véritable fantasme de Geeks fan d’horreur 80’s, ce documentaire DTV risque pourtant de laisser un peu les fans de saga sur leur faim. Malgré ses nombreuses thématiques (les influences, la genèse, l’historique…) et son impressionnante collection d’interviews de la plupart des intervenants (réalisateurs, acteurs, producteurs…), le documentaire passe un peu à côté de ses colossales ambitions. En voulant ratisser un peu trop large et aborder le sujet « Jason » de manière aussi complète que possible, le film ne fait, au final, qu’effleurer son sujet et nous balance un montage ultra cut qui ne permet pas de profiter pleinement de l’incroyable casting réuni pour l’occasion (des actrices comme Elizabeth Kaitan ou Jensen Dagett, que l’on a gravement plaisir à retrouver près de 25 ans après leur prestation, n’apparaissent à l’écran qu’une poigné de seconde…). Les thématiques pâtissent aussi de ce format étriqué : on aurait aimé que le documentaire s’étende un peu plus longuement sur la censure subit par la saga, avec une petite présentation à la clé de ces fameuses scènes uncut en guise de supplément de luxe ! Une telle rétrospective méritait un peu plus d’ampleur pour profiter pleinement de cette incroyable réunion pleine d’anecdotes et de souvenirs de tournage bien nostalgiques (la majorité du casting serait évidemment près à remplier pour un nouvel opus, soit un sacré florilège de carrières bien foireuses !). Un montage moins chaotique et une heure supplémentaire auraient donc certainement permi à ce « His Name Was Jason » de devenir une nouvelle référence du making-of rétrospectif ! On notera que les très nombreux bonus, qu’ils soient incontournables ou sans intérêt, sont tous aussi bordéliques et sur-découpés, à l’image du documentaire.

Malgré ces nombreuses réserves (l’attente était grande, on le répète…), on n’oubliera tout de même pas de préciser que ce Dvd reste un sacré must pour les amateurs de la saga : un docu foutraque que les fans de slashers ne pourront pourtant s’empêcher de se procurer : ils auront évidemment bien raison !

 

 

Le DVD : 16/20

  • Editeur : Emylia
  • Distributeur : Aventi Distribution
  • DVD-9 (2 dvd)
  • Format image : Ratio cinéma : 1.85, ratio vidéo : 16/9 ème compatible 4/3
  • Format audio : Dolby digital : Français stéréo, Anglais stéréo, DTS : Anglais stéréo
  • Sous titres : Français

Emylia soigne, comme à son habitude, ses nouveautés et nous propose un dvd techniquement soigné. Rien à redire de l’image, issue de différents supports 35mm et vidéo : les images varient évidemment en qualité selon le support mais l’encodage du film sur DVD-9 gère parfaitement ces différents formats et offre une compression de qualité qui limite parfaitement les excès de bruit vidéo et de pixellisation.

Côté son, on se contentera parfaitement des pistes dolby digital et DTS stéréo qui rendent les nombreuses interviews d’une limpidité sans faille. Notons que, pour une fois, nous avons opté pour la V.F., intelligemment doublée (les vraies voix des intervenants restent audibles) et nettement moins chaotique à suivre que la V.O. parasitée par son montage infernal ! 

Pour les bonus, c’est carrément un dvd complet qui leur est consacré ! On ne va pas s’étendre sur leur contenu tant ces derniers apparaissent plus comme une « deuxième partie » du documentaire que comme de simples suppléments. Une belle opportunité, dans tout les cas, pour en apprendre d’avantage sur la saga…

NICOLAS C.

 

 

 

his name was jason