_______________________________________________________________________

 

Saint

(Sint)

 

Le film : 14/20

  • Pays-Bas - 2010
  • Budget –
  • Production: Parachute Pictures
  • Réalisation : Dick Maas
  • Avec Huub Stapel, Caro Lenssen, Egbert Jan Weeber…

Evêque déchu et sanguinaire à la tête d’une horde de voleurs et d’assassins Saint Nicolas se fait tailler un chouette lifting par des villageois en colère. Depuis, toutes les nuits de pleine lune de 5 décembre, jour de leur mort, le père fouettard et ses compagnons reviennent de l’au-delà et assouvissent leur effroyable désir de vengeance dans l’horreur et le sang…

Dick Maas le retour ! Après nous avoir signé quelques classiques de l’horreur 80’s (L’Ascenseur, Amsterdamned…) et tenté une percer outre-Atlantique (son propre remake ricain de L’Ascenseur) le réalisateur revient au pays (Bas) pour nous concocter son retour sanglant via une sympatoche histoire de Saint Nicolas version boogeyman. Une icône « intouchable » que personne n’avait eu, jusqu’ici, l’idée d’exploiter hormis de manière un peu détournée dans la franchise des Douce Nuit, Sanglante Nuit, où un ado traumatisé par le meurtre de ses parents enfilait le costume du Père Noël pour péter un gros plomb, hache à la main. Ici c’est à l’original que nous avons à faire, un Père Noël en sale état de décomposition avancée qui n’hésite pas à charcler femmes et enfants pour assouvir sa vengeance. Attention, pas de révolution du genre cependant puisqu’on navigue en terrain connu : une bande d’ados crétins face à une entité surnaturelle mono expressive sans états d’âme. Un pitch qui en rappelle évidemment des dizaines d’autres mais le soin apporté à « l’emballage » parvient tout de même à faire la différence avec les kilos de slashers D.T.V. qui sortent à la chaîne dans nos hypermarchés : du gore généreux, des FX soignés, une photographie en 2.35 qui offre une bonne dose de cachet à l’image, et quelques idées fun et originales (la fuite du Saint sur sa monture chevauchant les toits et pourchassé en contrebas par la police, la horde zombie qui se charge de faire le ménage dans les rangs des humains indisciplinés…).

Du D.T.V. de luxe donc, même si on reconnaît volontiers que l’on attendait un peu plus qu’un simple produit bien torché de la part de ce réalisateur. Pas question cependant de renier son plaisir : Saint est une bouffée d’air frais (vu le contexte, c’est le cas de le dire…) dans un genre un peu moribond qui pourrait bien, si l’on tient compte de son final très ouvert, inaugurer les débuts d’une nouvelle franchise sanglante. Le Père Noël n’a donc pas dit son dernier mot et pourrait donc revenir prochainement. De préférence en décembre, contexte oblige !

 

 

Le Blu-Ray : 16/20

  • Editeur : E1 Entertainment
  • Distributeur : Aventi Distribution
  • BD-50
  • Format image : Ratio cinéma : 2.35, ratio vidéo : 16/9, Compression vidéo : AVC, 1080p
  • Format audio : DTS-HD master Audio : Français 5.1, Néerlandais 5.1
  • Sous titres : Français

Une image absolument magnifique ! Un piqué d’image très pointu qui dévoile énormément de détails, même dans les scènes les plus sombres ; une colorimétrie éblouissante et des contrastes au noir profond qui savent mettrent à l’honneur les nombreuses séquences nocturnes du film. Tout juste pourra t’on critiquer quelques effets de solarisation (le ciel de pleine lune) et quelques rares arrières plans un peu bruités. Un détail au vu du plaisir visuel que nous procure cette galette HD !

Du DTS Master HD en V.F. et V.O. pour deux pistes son percutantes qui savent se faire entendre avec subtilité et efficacité. On vous conseille tout de même de vous rabattre sur la V.O. pour profiter du charme « exotique » de la piste néerlandaise !

Quelques bonus sans grand intérêt : un making of d’une vingtaine de minutes très promo qui ne nous apprend pas grand-chose sur le tournage : on se lasse rapidement du discours formaté de Maas et du casting du film, uniquement décidé à vendre leur soupe au plus grand nombre… Une bande annonce pour terminer sur ces compléments un peu décevants…

Nicolas C.

 

 

saint