_______________________________________________________________________

 

Salon Collexion 2011

 

Salon Collexion : septième édition et première visite pour nous au parc des expositions de Mâcon ! Nous sommes invités, dès la fin de matinée, à débarquer au palais pour un show « spécial V.I.P. » en présence des invités. D’emblée on est impressionné par le lieu, vaste, imposant et parfaitement agencé de stands d’expo et de vente avec comme point de chute principal la grande scène et sa porte des étoiles grandeur nature au fond de la salle. La déco est soignée, l’organisation rigoureuse : sur la forme, l’association de bénévoles n’a pas à rougir de la comparaison avec des professionnels de l’évènementiel ! Au gré des allées, on découvre donc de nombreux stands de vente bien évidemment dédiés à l’univers geek du cinoche et de la télé : figurines par centaines, vaisseaux spatiaux par brouettes entières, jeux vintages et produits dérivés pour mettre à l’honneur l’univers Star Wars parmi des quantités d’autres franchises… Des particuliers et des associations s’offrent également un espace de découvertes pour partager avec le public leurs univers de prédilection. On croise en quelques minutes des expositions Bruce Lee, Stargate, Sanctuary… Mention spéciale à l’équipe de la « V french Squad » et à son stand de la série culte, véritable petit musée avec ses objets si caractéristiques de la série (pistolets, blasters, costumes, peau de lézard, une paire d’yeux humains…) en simple reproductions ou véritablement issus du tournage.

 

         

 

Le show démarre avec un mélange de différents univers : Star Wars, V et Stargate se côtoient l’espace d’une quinzaine de minutes d’action aux gros flingues et de combats aux sabres lasers. Si la « mise en scène » du show reste un peu aléatoire et foutraque, elle reflète en tout cas la passion impressionnante avec laquelle s’investit le collectif dans le projet. Et puis il faut bien avouer que ces quelques imperfections participent grandement au charme de ce genre d’évènements… Pour le final surgissent en Guest-Star nos deux invités « prestige » du salon, Julian Glover (le général Veers de L’Empire Contre-Attaque, le Kristatos du Bond Rien que pour vos Yeux mais surtout Walter Donovan, l’archéologue à la solde des nazis face à Indiana Jones dans la Dernière Croisade…) et Dirk Benedict (l’incontournable idole de notre enfance dans la peau du lieutenant Starbuck de Galactica et Futé dans l’Agence Tous Risques) : une conclusion un peu surréaliste où se mélangent passion amateur survoltée et acteurs ultra chevronnés plutôt apathiques… étrange mais sympa à observer !

 

          

 

Dès que le public déboule en début d’après-midi le show reprend dans une version un peu plus courte, suivi de diverses autres animations sur la grande scène. On aura droit à une démonstration d’effets spéciaux avec un artificier professionnel (comment créer des impacts de balles sanglantes entre autres…), un concours de déguisements (très influence manga..) et une démonstration d’arts martiaux. Au centre de cette agitation trônent les auteurs en dédicace mais surtout nos deux acteurs occupés à dénicher la meilleure place pour rendre plus efficace leur grande séance de dédicace payante (à priori pas assez rentable si l’on en juge l’énergie avec laquelle ils ont déménagé pour être plus près du public). Une façon de gérer leur propre « merchandising » typique des conventions, où les acteurs/actrices vous claquent quelques sourires carnassiers et vous signent une photo que vous choisirez en échange… d’un peu de pognon bien évidemment. On regrettera d’ailleurs à ce sujet le manque de communication et de transparence des organisateurs qui ont (volontairement ?) omis de signaler sur leur site et leurs affiches que les dédicaces étaient payantes : à 20 euros la signature, l’info ne s’avère pas particulièrement inutile, d’autant que cette précision est généralement tout le temps indiquée en amont dans les autres grandes conventions du genre… Nous n’étions pas présent le dimanche pour profiter des animations du jour : un débat avec les invités était visiblement prévu dans l’après midi : une bonne occasion pour le public de voir et d’entendre les acteurs s’exprimer sur leur carrière grâce au jeu des questions/réponses…

Cette septième édition du Salon Collexion reste, en tout cas, une excellente surprise : l’association des Gardiens de l’Anneau a vu les choses en grand et remporte son pari : nous distraire et nous faire découvrir des univers que nous ne connaissions pas forcément, pour finalement jouer dans la cour des grands salons dédiés au cinéma. Une démarche de cette ampleur tellement rare en France qu’elle rend l’évènement rigoureusement incontournable…

Nicolas C.

 

 

 

salon collexion